Portrait de Alexis : entrepreneur et cofondateur de ProvideUP

Portrait de Alexis : entrepreneur et cofondateur de ProvideUP

Depuis quelques semaines, nous avons démarré une série de portraits de professionnels indépendants. Après Camille et Marie, nous vous présentons Alexis Blanvillain, l’un des cofondateurs de ProvideUP. Nous en avons profité pour lui poser quelques questions afin qu’il nous présente son projet :

Bonjour Alexis, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Alexis Blanvillain et j’ai 28 ans. J’ai fait l’école de commerce EMLYON puis deux ans de conseil. C’est après un stage d’un an chez Henkel en 2010 que j’ai eu l’idée de monter ProvideUP. J’avais constaté qu’aucun outil ne permettait de trouver facilement et surtout rapidement des freelances et petites agences afin de répondre à nos besoins. En tant qu’acheteur nous n’étions pas en position confortable. Par ailleurs, je me disais qu’il pouvait être intéressant d’avoir un catalogue de réalisations (cas clients) pour trouver de l’inspiration et découvrir des prestataires à partir de leurs anciens travaux. La démarche est généralement l’inverse, on choisit quelques prestataires puis on va examiner leurs réalisations, mais cela limite beaucoup la découverte de nouveaux talents. C’est pourquoi nous avons construit ProvideUP avec pour but de placer les réalisations des prestataires au cœur du processus de sélection du client.

Pourquoi et comment as-tu décidé d’être entrepreneur ?

J’ai décidé d’être entrepreneur peut être à partir du moment où j’ai identifié un besoin auquel répondre. Je pense que j’avais également l’envie depuis un moment de monter un projet de bout en bout, je n’avais pas de vocation pour telle ou telle discipline au sein de l’entreprise, donc je me suis dit qu’être entrepreneur me permettrait de toucher à tout !

Qu’est-ce qui te motive personnellement avec ProvideUP ?

A titre personnel, j’aime beaucoup le fait de développer un projet à partir de rien et de le voir grandir. J’ai la conviction que nous apportons de la valeur à chaque partie prenante ce qui est plutôt gratifiant : entreprises d’un côté qui nous remercient de pouvoir profiter d’un outil efficace gratuitement, prestataires (freelances ou agences) de l’autre qui à minima gagnent en visibilité gratuitement et au mieux remportent des contrats.

Le fait de gérer l’ensemble des problématiques de développement d’une entreprise me plaît beaucoup également car je n’ai pas de spécialité ou de vocation pour un domaine en particulier.

Alexis, peux-tu nous présenter ProvideUP en quelques mots ?

ProvideUP est une nouvelle solution créée en 2015 qui aide les entreprises à trouver très rapidement (et gratuitement) leurs prestataires (agences ou freelances) les plus proches de leurs attentes pour répondre à leurs besoins dans les domaines suivants : Digital, Marketing, Evénementiel, Design, Communication.

Concrètement, une entreprise qui poste gratuitement son besoin sur cette page doit se sentir dans une situation confortable pour choisir son prestataire très rapidement. L’idée est de permettre aux entreprises, même en situation d’urgence, de ne pas être dans une situation de choix par défaut qui peut ensuite nuire à la réussite de leurs projets.

Comment se passe la recherche de prestataire pour une entreprise ?

Il existe deux cas de figure : soit l’entreprise est à la recherche d’une compétence très précise, soit elle souhaite réaliser un projet complet faisant appel à plusieurs compétences complémentaires (ex : réalisation complète d’une application mobile ou d’une vidéo en motion design).

Est-ce que ProvideUp peut permettre de travailler pour des projets d’envergure ?

Nous voulons pouvoir répondre à la fois à des demandes très précises d’experts mais aussi à des projets plus ambitieux, provenant de grands comptes, de startups, ou de PME de tout type de secteurs. En janvier 2016, un an après le lancement de la plateforme, déjà 3600 prestataires se sont inscrits sur le site et près de 300 appels d’offres ont été traités depuis septembre 2015.

Les visiteurs du site peuvent également profiter du catalogue des réalisations pour nourrir leur inspiration et trouver des prestataires. Celui-ci centralise actuellement plus de 9000 réalisations exposées par les prestataires inscrits, réalisations qu’on peut aussi retrouver sur leurs profils respectifs.

Comment se rémunère ProvideUp ?

Le business model de ProvideUP est basé sur une prise de commission sur les gains engendrés par les prestataires qui remportent des projets. Tout le reste est entièrement gratuit, aucun abonnement premium n’est nécessaire pour répondre aux appels d’offres postés par des entreprises sur la plateforme.

Qu’est-ce qui te motive dans Cohome ?

Je pense que les freelances ont besoin de travailler en réseau. Tout d’abord pour éviter l’isolement dans le travail, ensuite pour échanger des bons plans sur leurs métiers, pouvoir partager les échecs comme les succès, mais surtout car leurs compétences sont complémentaires pour répondre à beaucoup de projets, ce qui peut leur permettre d’accepter davantage de demandes de leurs clients en s’appuyant sur leurs Cohomeurs. Il y a bien sûr les espaces de coworking en pleine expansion, mais ils sont souvent onéreux, donc offrir une alternative économique et conviviale me semble une très bonne idée !

As-tu une citation favorite qui te motive ?

« Never never never never give up » de Churchill.

Si tu avais un conseil à donner à ceux qui hésitent à se lancer dans l’aventure entrepreneuriale, que leur dirais-tu ?

Je leur dirais qu’il est sage d’hésiter car il est parfois bon d’attendre peut être que les conditions soient bonnes. Il ne faut pas trop hésiter sinon on ne peut jamais se lancer, mais il est bon de ne pas prendre des risques démesurés ou se lancer dans quelque chose qui n’a presque aucune chance de réussir. Une bonne phase de maturation est donc primordiale selon moi. Discuter avec d’autres entrepreneurs pendant quelques mois permet d’éviter de reproduire des erreurs classiques.

Related

Comments

No Comments Yet!

You can be first to comment this post!

Post Reply