7 témoignages pour des vacances de freelances réussies

7 témoignages pour des vacances de freelances réussies

Avant de lancer mon activité de freelance en janvier 2015, j’entendais très souvent des alertes de la part de mes collègues salariés : « tu n’auras plus jamais de vacances », « si tu prends des vacances, tu devras voyager avec tes affaires de boulot » ou ma préférée : « les freelances ne prennent jamais de vacances car ils sont au service de leurs clients H24 ». Pourtant, j’aime voyager, j’aime profiter de ma famille, de mes amis, de mes passions et je veux absolument éviter de devenir esclave de mon travail. J’ai choisi l’indépendance professionnelle pour tenter au maximum de travailler selon mon rythme, mes besoins et mes horaires.

Qu’en est-il dans la vraie vie des vrais freelances ? L’équipe Cohome leur a posé la question et voici 7 précieux témoignages.

Conseil n°1 : oublier l’ordinateur

Aurélie habite Barsac, une petite ville proche de Bordeaux. Elle est frelance dans la communication digitale et est spécialisée dans le domaine du vin. Pour garder sa motivation, elle se déplace régulièrement dans un espace de coworking et utilise Cohome pour avoir le plaisir de partager son grand jardin.

Elle est auto-entrepreneur depuis maintenant 1 an et n’avait pas réussi à déconnecter jusque-là. Pour la première fois, l’envie d’éteindre son ordinateur quelques jours commence à se faire sentir. Pour elle il n’y a qu’une seule solution :

Il ne faut PAS mettre l’ordinateur dans la valise et il faut avertir très clairement ses clients. Il faut oublier le téléphone au fond du sac et laisser un message d’absence approprié.

Pour déconnecter semble-t-il, il n’y a pas de miracle ! Il ne faut tout simplement pas embarquer son ordinateur.

Conseil n°2 : un mail d’absence idéal

Une anecdote circule ces derniers temps sur le web et a retenu toute notre attention ! Il s’agit du mail d’absence que les salariés de la société Daimler activent lorsqu’ils sont en vacances. Merci à The Bliss Way pour ce partage :

« Bonjour, je suis absent(e) du XX/XX/2016 au XX/XX/2016 pour mes congés annuels et je ne suis pas joignable. Votre mail ne m’a pas été délivré.
Vous pouvez transférer ce mail à xx@xx.com ou me le renvoyer après mon retour, je me ferai alors un plaisir de vous répondre.
Je vous souhaite une bonne journée ».

Une initiative inestimable que vous pouvez adapter à votre situation. Pour Fabienne, consultante en community management basée à Paris (si elle n’est pas en vadrouille) :

Parfois, je prends un jour off et je mets un message d’absence (« en déplacement sans accès à mes mails »). Et cela me permet de souffler un peu :) Globalement, je n’ai pas trop de difficultés à le faire : il suffit de bien prévoir ses pauses par rapport à l’intensité des missions et l’état financier.

Conseil n°3 : en vacances toute l’année

Au delà de l’utilisation de son mail d’absence,  Fabienne cherche l’équilibre au quotidien :

Je ne prends jamais de vacances car j’insère la détente et le voyage dans la vie de tous les jours. Ce n’est pas facile car si on veut continuer à avoir une vie sociale correcte, il faut se calquer sur l’emploi du temps des autres : lorsque je pars avec des amis, je prévois un peu moins de missions que d’habitude et je me lève tôt, avant tout le monde, pour travailler. Ensuite, je passe un maximum de temps avec mes amis et si j’ai une obligation de rdv téléphonique, j’essaie de prévenir tout le monde avant. De façon générale, ça c’est toujours bien organisé.

trouve-l-equilibre

Conseil n°4 : déconnexion hors de chez soi

Résister à embarquer son ordinateur semble la clé pour prendre un peu de distance avec son quotidien d’indépendant. Pour Marie, photographe indépendante basée en Ile-de-France :

J’ai pris 2 semaines pour cet été. Je suis partie la 1ère semaine en Normandie, loin de chez moi et ça m’a bien aidée à focaliser mes idées ailleurs que sur le travail. J’ai aussi éloigné mon téléphone le plus possible de mes mains pour éviter de consulter trop mes mails et réseaux sociaux. Et tous les articles en rapport avec l’entreprenariat ou mon domaine d’activité ont été mis de côté dans Poket pour les lire au moment de ma reprise. En revanche, à peine rentrée chez moi, alors qu’il me restait une semaine de vacances, j’ai repris mes vieilles habitudes : scotchée à mes mails et à Internet, plus généralement. Bref, pour le moment, j’ai du mal à faire un gros break chez moi et partir m’aide vraiment.

Même constat pour Charline (de Bordeaux), qui est indépendante en communication et webmarketing avec son mari :

« Pas d’ordi et déconnexion totale pendant 15 jours : indispensable ! »

Conseil n°5 : saisir les opportunités

Pour Yohann, vidéaste freelance à Paris depuis bientôt 2 ans, le constat est mitigé. Il faut effectivement prendre des vacances, mais pas au détriment du développement de l’activité.

En tant que jeune freelance qui entame seulement sa deuxième année d’activité, les vacances ne sont pas pour tout de suite. Les semaines sont longues et il est vrai que c’est très compliqué de planifier des vacances, surtout si l’on souhaite partir à l’étranger et que des billets doivent être pris en avance. Si j’ai des vacances cet été, ça sera à 200 kms de Paris maximum et seulement quelques jours ! Bien entendu, même si j’arrive à partir quelques jours de mon “bureau”, vérifier les mails et les demandes sont des gestes quotidiens.

Yohann a trouvé sa solution en saisissant les opportunités lorsqu’elles se présentent :

Jeune freelance en début d’activité comme moi, improvisez et ne vous laissez pas abattre par la surcharge de travail. Vous sentez que vous avez deux jours libres, foncez et ne restez pas chez vous car vous allez vraiment avoir la sensation d’avoir perdu votre temps ! C’est malheureusement compliqué en tant que jeune entrepreneur d’espérer avoir de vraies vacances car la charge de travail est très importante pour des résultats parfois aléatoires. J’essaye malgré tout toujours de prendre une journée off par semaine, généralement le dimanche pour décompresser, même si le début de la semaine reprend le dimanche soir au lieu du lundi matin.

Conseil n°6 : éviter les fausses vacances

Anthony est un développeur freelance et entrepreneur lyonnais :

Lorsqu’on est freelance, la plupart des gens extérieurs voient ça comme « ah mais c’est cool tu travailles quand tu veux et tu prends des vacances quand tu veux », sauf qu’au final, c’est plutôt l’inverse qui se produit. Quand je bossais chez moi, j’avais tendance à bosser beaucoup plus que si j’avais été en entreprise, puisque pas de transport, pas de coupure, pas de normes dans les horaires. Donc je bossais également le week-end, les jours fériés et pendant les vacances scolaires. Le but était d’être « ultra-productif » pour rentabiliser à fond le temps passé à travailler.

A cette période je bossais pour des start-up new-yorkaises et il fallait ajouter le décalage horaire qui venait influer sur mon rythme de travail. Le soucis avec cette méthode c’est qu’on peut vite tourner en burn-out et ne plus supporter le rythme assez soutenu.

Ensuite, quand je suis passé sur la création de ma propre boîte, on a monté notre équipe, donc on pouvait définir les horaires, les périodes de rush etc.. Le problème c’est qu’encore une fois, on avait tendance à faire du 70h par semaine, ne jamais couper, avoir toujours Gmail / Slack / Trello et toutes sortes de notifs activées h/24. Le soucis encore une fois, c’est qu’il n’y a jamais de « vraie coupure », on est constamment disponible pour corriger un bug, répondre à un email, faire un call etc. Et il n’y a toujours pas cette vraie coupure travail / vie perso. Même le week-end, impossible de faire de vrais breaks et de ne pas toucher au boulot du tout.

D’un côté ça s’explique facilement : tu montes ton propre projet, tu bosses sur quelque chose qui te plaît et auquel tu crois, tu as envie que les choses avancent, donc ça ne te dérange pas de ne jamais débrancher. D’un autre côté, ce genre de rythme ne se tient pas indéfiniment, à force d’être constamment dans le rush et connecté, on finit pas être moins productif, moins concentré, on ne prend pas assez de recul, on fait des conneries, et si tout le monde est dans le même rythme, personne ne s’en rend compte.

Au final, après 2 ans de recul et pas mal de rencontres avec d’autres freelances, je pense que le rythme le plus sain est quelque chose du genre :
« Se lever à la même heure tous les jours, bosser sur un créneau bien défini, de préférence pas chez soi et/ou avec d’autres personnes, couper tout ce qui a un lien avec le travail le soir et faire un vrai break. » Et pour revenir plus dans le sujet de ta question : « Oui il faut prendre des week-end, oui il faut prendre des vacances, mais il faut surtout privilégier la qualité de ces coupures ». Il vaut mieux prendre une semaine complètement déconnectée que 3 semaines avec ses mails / slack / notifs.

Conseil n°7 : trouver ses bulles d’oxygènes

Véronique est consultante en créativité et habite Paris. Son métier est de vous aider, grâce à des techniques de créativité, à transformer vos problèmes en opportunités. De son point de vue :

Avant j’attendais d’être au bout du rouleau pour aller prendre l’air. J’ai radicalement changé mon approche. Première chose : Je me déconnecte régulièrement. Et ça déjà, c’est un brin de vacances ! Ensuite, j’essaie d’aller passer quelques nuits “au vert” et au calme tous les 3 mois environ. Ce sont mes bulles d’oxygène. Il y a aussi les breaks plus longs, en fonction de mes envies, et de mon état : villes à découvrir et/ou calme, langue que je veux pratiquer. J’improvise ou je pioche dans ma bucket list (liste d’envies à réaliser). Et hop, je m’envole !

3-2-1

Il y a autant de moyens de prendre le large qu’il y a d’entrepreneurs. Globalement, un seul élément semble tous nous mettre d’accord : être multi-taches ne nous aide pas à décompresser. Peu importe que vous soyez ultra ou peu connecté, prenez le temps de ne faire qu’une chose à la fois. Si vous pensez qu’il est indispensable de partir avec votre téléphone, définissez des moments avec et des moments sans. Qu’un mail ou un tweet attende 2h, cela changera-t-il la face du monde ou pensez-vous qu’être bien présent à ce barbecue avec vos amis soit plus important ? Quelque soit votre décision, pensez à prendre soin de vous :)

Related

Comments

No Comments Yet!

You can be first to comment this post!

Post Reply