Interview de Victor : freelance dans le milieu du jeu vidéo

Interview de Victor : freelance dans le milieu du jeu vidéo

Victor est graphiste freelance passionné par l’univers du jeu vidéo. Dans ce milieu difficile à intégrer, il a décidé d’aider tous les freelances qui, comme lui, sont passionnés par cet univers et qui veulent en vivre, en créant l’association FFRAG. Il nous en dit plus dans son interview.

Photo de Victor Levy - designer freelance

Depuis quand es-tu freelance et qu’est-ce qui t’as motivé à le devenir ?

En 2013, j’ai décidé de devenir freelance car je ne trouvais pas de contrat salarié. Mon profil ne convenait pas au marché : profil artistique insuffisant. J’ai donc cherché à faire du jeu vidéo en indépendant, tout en répondant à des premieres missions, dont du dessin animé. Progressivement, j’ai reçu de plus en plus de demandes de création de sites web ce qui me plait beaucoup car j’adore tout ce qui permet de rendre l’expérience multimedia dynamique. En plus, cela me permet de renforcer mes compétences sur le côté ludique de l’expérience utilisateur. Je travaille en parallèle sur des projets de jeu vidéo, mais c’est plus une activité sur mon temps libre car je ne peux pas en vivre actuellement.

As-tu un exemple d’un projet de jeu vidéo sur lequel tu travailles ?

Initialement, mon domaine d’expertise est la création graphique de jeux vidéo. J’ai pu travailler en indépendant avec d’autres professionnels, dont un en particulier qui était développeur, et avec qui j’ai créé le jeu A Street Story.

Qu’est ce qui t’as poussé à monter FFRAG ?

A ses débuts, FFRAG était une idée lancée à la volée lors d’un meetup organisé par une chef de projet freelance. Grâce à mon expérience dans l’univers du jeu vidéo indépendant, je me suis retrouvé à participer à ce brainstorming d’une création d’association du jeux vidéo. Association qui allait devenir FFRAG pour French Freelancers Association of the Games Industry.

logo association FFRAG

Via FFRAG, nous voulons répondre à plusieurs problématiques que rencontrent les freelances dans le milieu du jeu vidéo. Être freelance, dans ce secteur, est quasi une situation systématique surtout pour les profils artistiques. Avec FFRAG, je veux pouvoir apporter des solutions à des soucis concrets que rencontrent les freelances du jeu vidéo, à savoir un accès à l’information, à des réseaux et même accès à des offres de mission.

As-tu une « success story » de FFRAG à nous raconter ?

Depuis le lancement de FFRAG, nous avons obtenu des partenariats avec la « Game Connection » (le plus grand rassemblement européen des professionnels du jeu vidéo) et « le Gamelier » (association étudiante autour de la création de jeu vidéo).

Nous avons également organisé une première intervention auprès des étudiants de l’école du jeu vidéo, Isart Digital. Cette intervention abordait les problèmes concrets que rencontrent régulièrement les freelances, notamment sur le côté administratif, la gestion du temps et la dynamique d’activité surtout en sortie d’école. Nous avons obtenus de très bons retours de la part des étudiants. Cette partie de sensibilisation répond à l’une de nos missions principales qui la mise à disposition d’informations et de fiches techniques pratiques.

Par ailleurs, dans un futur très proche, nous souhaitons organiser des événements de plus en plus réguliers. Nous co-organisons déjà les « Indie Game Dev Meetup » et allons proposer beaucoup d’autres événements de genre.

logo rond ffrag

Aurais-tu 2 conseils à donner à quelqu’un qui veut devenir freelance dans le jeu vidéo ?

Je lui donnerai 2 conseils. Le 1er conseil : il faut se renseigner autant que possible sur le métier que tu veux exercer. Les métiers sont très différents les uns des autres, par exemple, un sound designer ne fera pas la même chose qu’un game artist ou un producer, etc. Les annonces de postes ou de missions ont des intitulés bien précis. Plus tu te spécialiseras, plus facilement tu trouveras un poste.

Le 2nd conseil : il faut absolument se forger un réseau professionnel de qualité. Pour cela, il faut networker, rencontrer des freelances et créer des relations professionnelles solides.

Selon toi, quel est le plus grand défi que tu as à relever chaque jour en tant que freelance ?

Mon premier grand défi a été l’organisation de mon temps, suivi par le grand questionnement « comment sortir de ma solitude d’indépendant ? ». Avec un ami freelance, nous avons eu l’idée d’établir un rendez-vous tout simple, tous les jours à 10h. Nous appelions ça, le « 10h sur Skype ».

As-tu une citation qui te motive et que tu aurais envie de partager ?

Il n’y a pas de problème, il n’y a que des solutions.

***

Merci Victor ! Et à bientôt sur www.ffrag.org !

Related

Comments

No Comments Yet!

You can be first to comment this post!

Post Reply