Travailler dans le monde des bisounours

Travailler dans le monde des bisounours

Chez Cohome, nous pensons que chaque entrepreneur et freelance est une personne optimiste. Comme le disait Winston Churchill : « Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité, un optimiste voit l’opportunité dans chaque difficulté. »

citation_Winston_Churchill-610x425

Etre positif, est-ce vivre dans le monde des bisounours ?

Souvent pourtant, face aux obstacles qui sont nombreux sur le chemin de l’entrepreneuriat, nous nous interrogeons ou sommes interrogés : est-ce que notre optimisme n’est pas une vision altérée de la réalité ? Une vision qui ne prendrait pas en compte les réalités contraignantes et qui nous donnerait l’illusion de vivre dans « le monde des bisounours ».

 

Posons alors la question.

 

Ce que nous constatons lorsque nous échangeons chaque jour avec des entrepreneurs, c’est qu’ils rencontrent quotidiennement des contraintes dans leur activité. Cela parce que ce sont des personnes qui valorisent l’apprentissage davantage que toute autre approche professionnelle. C’est en empruntant des voies différentes, qu’ils saisissent la chance d’apprendre et de se diriger vers quelque chose d’inédit. Ils ne cherchent pas, ni se se considèrent optimistes. Ils oeuvrent pour ceux dont ils croient et travaillent constamment à transformer une vision optimiste en une tangible réalité.

Dans l’activité de l’entrepreneur se trouve un paradoxe entre la perception des autres, et son vécu personnel.

 

Être entrepreneur est connu comme l’un des métiers les plus durs du monde

C’est donc une voie qu’il serait possible d’envisager avec beaucoup de pessimisme. Pour autant, c’est une voie empruntée par des individus animés et optimistes. C’est une voie qui demande courage et résilience.

Quand nous ne sommes pas engagés dans la voie de l’entrepreneuriat cependant, nous ne voyons que la face visible de l’iceberg, des personnes qui ont l’audace de croire en eux, en leurs idées, en leurs actions et qui sont donc profondément optimistes. D’un optimisme si éloigné de notre perception du monde que nous pensons ne pas vivre dans le même.

En ces temps de crise, de doutes, de transformations profondes dans les modèles sociétaux, politiques et économiques, l’optimisme est souvent considéré comme une vision puérile et infantile.

Néanmoins, où irions-nous sans cet optimisme ?

L’optimisme n’est pas un rêve. L’optimisme est une action. L’action d’oser, l’action d’essayer, l’action de faire des choses jamais faites pour avoir des résultats encore jamais connus. L’optimisme est la clé du changement et du mouvement. C’est une posture qui nous tourne vers demain.

Ce que nous nommons « monde des bisounours » sous entend une inertie que l’optimisme n’a pas. L’optimisme n’est pas l’inertie, mais une intention. L’optimisme n’est pas un monde, c’est une posture.

Chez Cohome, nous avons choisi de rester optimiste et entouré d’optimistes. Nous avons choisi de ne pas juger les bisounours et, bien au contraire, de leur tendre la main et de les rassembler. Les bisounours en 2017, sont pour nous des femmes et des hommes d’action qui créent ensemble le monde qu’ils veulent pour demain : un monde plein de lumière et de surprises.

Related