Rencontre avec Fabiola : Wedding Planner

Rencontre avec Fabiola : Wedding Planner

Fabiola, chef de projet événementiel, wedding planner, chroniqueuse pour Mariée Magazine et auteur du blog « Behind the wedding » a accepté de se confier à Cohome pour une interview sur sa vie de freelance.

Comment décrirais-tu ton travail de wedding planner au quotidien ?

Cela ne se ressemble jamais ! En basse saison, c’est beaucoup de travail à la maison pour démarcher les prestataires pour les mariages à venir, à faire des points avec les mariés et avoir des rendez-vous avec les futurs mariés. C’est aussi se déplacer dans les lieux pour trouver les bons prestataires. En haute saison : cela bouge beaucoup plus. Plus de rendez-vous à l’extérieur pour coordonner la décoration, avec les mariés. Cela les rassure d’avoir une présence. Et du vendredi au lundi, je suis dans le feu de l’action pour les mariages.

Depuis quand es-tu entrepreneure et qu’est-ce qui t’a motivée à le devenir ?

Je suis une passionnée de mariages. En blaguant, je dis que c’est une maladie, et comme j’en ai fait mon métier, personne n’a remarqué que j’étais obsédée par le mariage. Le côté paillettes m’a toujours fait rêver mais pas que. J’ai toujours eu conscience qu’il faudrait aussi gérer le stress des mariés et cela me plait aussi beaucoup.
Je suis passionnée par l’organisation d’événements, et ce que j’aime dans les mariages : c’est l’investissement émotionnel de la part des clients. Ils se confient, expliquent comment ils se sont rencontrés. J’ai un côté un peu niais et j’aime beaucoup qu’on me confie tout ça. Je veux que personne ne soit stressé et du coup je suis d’une grande écoute, j’aime rassurer : « tout va bien se passer ». Ce conflit avec la belle-mère ou le témoin, cela va se résoudre. Parfois les conflits ne sont pas drôles mais globalement ça va.

Quel est à ton avis le plus grand défi que tu as à relever chaque jour en tant qu’entrepreneure ?

Survivre : faire survivre mon activité. C’est le plus dur car quand tu fais un métier par passion, il y a un côté traître où tu t’éclates tellement que tu oublies qu’il faut gagner de l’argent pour vivre. Relancer les paiements en retard me pèse car je ne veux pas gâcher la relation.

Comment te vois-tu idéalement dans 5 ans ? 15 ans ?

J’espère que dans 5 ans j’aurais embauché plusieurs wedding planner et que je gèrerai la partie en amont. Je délèguerai le jour J. J’aime le jour J mais c’est très fatigant, tu commences à 8h et termines 1h. J’aimerai avoir une vie de famille plus tard, du coup j’aimerai ne pas avoir à assumer tous les mariages mais en faire juste 5 ou 6 pour profiter des vacances d’été. Et dans 10 ans : j’aimerai être à la tête d’une école de wedding planner. Il y a des écoles en France mais on a encore peu de retour sur les formations. J’aimerai en tout cas donner des formations très sérieuses.

scott-webb-26320

Quel conseil donnerais-tu à quelqu’un qui hésite entre rester salarié ou lancer sa boîte ?

Conseil bateau : il faut oser ! Je pense vraiment qu’il ne faut pas avoir peur de prendre des risques. Faut-il prendre un risque ou regretter de ne pas l’avoir pris ? Après, j’ai un certain détachement par rapport à l’argent, l’argent va et vient. Il y a toujours moyen de trouver un boulot pour subvenir à ses besoins. Il sera toujours temps de trouver un petit boulot complémentaire. Pour se lancer il faut être énormément disponible.
Mon conseil : ne pas avoir peur de l’aspect financier et se rendre complètement disponible pour son projet.

Aurais-tu une anecdote à raconter sur ta vie d’entrepreneure ?

Chaque jour est une anecdote en tant qu’entrepreneur !
Hier par exemple : j’ai passé 3h à faire ma compta et mon associée m’a finalement dit « est-ce que tu peux faire le virement à la comptable car c’est elle qui s’en charge ? »

Peux-tu nous dire ce que tu aimes chez Cohome ?

Ce qui me motive : j’ai l’impression que là où j’en suis, c’est grâce aux rencontres que j’ai faites, et je trouve cela très important. Je me suis inscrite sur Cohome pour provoquer ce genre de rencontres autant pour moi que pour les autres.

Quelle est ta chanson du moment pour être motivé(e) ?

Au tout début, j’écoute « run the world » de Beyoncé. Je fais partie d’une famille où le fait qu’une femme entreprenne est très surprenant (même si ma mère est féministe).

Pour en savoir plus sur Fabiola :

Contactez-là via fabiola@mademoiselle-dentelle.fr ou sur son site web

Crédit photo : Camille Colin http://camillecollin.com/

Related